Emplacement des pragmatiques / Liz ke graysodjey

Sujet relatifs à la grammaire, la morphologie en général. Questions de sémantique et de syntaxe. Formes d'expression en Kotava, usage des ressources originales de la langue, expression du discours, etc.

Modérateur: Lundesik

Emplacement des pragmatiques / Liz ke graysodjey

Messagepar Luce » Lun 28 Mai 2018, 2:45 pm

Va kotavusikeem kiavá. Bonjour.

Wiyí da pulviropavaldig (28-e bu), vey « Nuve en al zo rostayar », va « nuve » ravlem gu kroaxasodjeyinda duvur. Neken va in torigí lodamon gu vrutaxasodjey kire tigir sume « rostayar » ravlem. Acum co rokalit : « Volinc en al zo rostayar » ik « Tire en al zo rostayar. » Kore « nuve » ravlem co yordar wetce kroaxasodjeyinda, num megeltracasodjey, pune va « En al zo nuve rostayar » blayak cwe co seotat. Keskeon, megeltracasodjey nuvelar da zo godaykar kev gray larde jontikviele va sazdaxasodjeyinda ton conyetama wale « co » mugeot is gray wiyí.


J'ai vu que le grammaire (page vingt-huit), dans le phrase « Nuve en al zo rostayar », qualifiait le mot nuve de pragmatique inférentiel. Cependant, je le considère plutôt comme un évidentiel car distant de rostayar. De même qu'on pourrait dire : « Volinc en al zo rostayar » ou « Tire en al zo rostayar. » Si quand bien même le mot nuve jouait le rôle d'inférentiel, donc d'irréel, je pense que nous aurions le phrase « En al zo nuve rostayar. » En effet, les irréels semblent devoir se placer juste avant le verbe puisque j'ai souvent vu du conditionnel formé avec un trait d'union entre le particule co et le verbe.
Pu win pulví kan roday koe Youtube. :grables:
Avatar de l’utilisateur
Luce
bagalik
bagalik
 
Messages: 372
Enregistré le: Mar 01 Sep 2015, 4:46 pm
Localisation: Ariège golaki

Re: Emplacement des pragmatiques / Liz ke graysodjey

Messagepar L'enthousiaste » Mar 29 Mai 2018, 12:36 am

Runda ke muge gitir nuyackafa, kre vabdue dunun ravlem. Icde graysodjey ( mugeot ), batcoba tir gundackafa. Icde rinon ozwana tula koe pulviropak, da « nuve » banlize tigir to loon tudrikason va pebura va vierd, voxe kaikeon co rotigir, vaxeon wale « zo » vragiz is gray (« zo » davon vabdueon sotigir ).
La place des adverbes en général est assez libre, plutôt juste avant le mot qualifié. Avec les pragmatiques (particules-adverbes), c'est un peu pareil. Dans l'exemple dans la grammaire que tu cites, c'est plus pour faciliter l'explication du schéma que nuve est à cette place, mais il pourrait être plus loin, sauf entre zo et le verbe (zo est toujours le plus proche avant).

Lekeon « ageltafa » sazdaxa kan « co » kan conyeta tire zo tcalayar nume tiyir taneafa abduefa kira. Voxen sulara va savsaf stravok vas cave joke tel vas grayewa, va bata kovebara tunuyayar nume jupar da sazdaxa ( co ) abdu levgas woyok zo rorundar, numen batcoba tir loeke ovopafa. Edeme, rundara va taneon sodjey dere tir ovopackafa larde grupet da man ravlem anton tir rotisaca, voldum kerdela ok woyok ok sok ( kore ban sin rotid ton nedoya eka ).
Avant le "vrai" conditionnel avec co était effectivement avec un trait d'union et donc le "premier" avant. Mais la suppression de l'ancienne notion de mode, au profit de la notion des actes de parole, a libéré cette obligation et fait que le conditionnel d'hypothèse (co) peut être placé avant le passif, ce qui est plus logique. Sinon, le fait de mettre les pragmatiques en premier est également assez logique si tu considères qu'ils sont facultatifs, contrairement à l'aspect, la voix ou l'état (même s'ils sont au degré zéro).
Avatar de l’utilisateur
L'enthousiaste
bagalapik
bagalapik
 
Messages: 440
Enregistré le: Ven 30 Sep 2005, 3:02 pm
Localisation: Taltefa Canada


Retourner vers Grammaire, sémantique, expression / Pulviropa is sugdalopa is muxara

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invités

cron