Page 2 sur 2

Re: Racines et vocabulaire ferroviaire

MessagePosté: Dim 02 Avr 2017, 12:50 pm
par webmistusik
Luce a écrit:Grupaý tazuk vol tir kasaf kiren, koe Kotava, grayafa zaeya sotenuwed kan « a » oku « e » oku « i » oku « u » eltay. Meviele grayafa zaeya rotenuwer kan « y » eltay kiren, koe Kotava, Y eltay sotir bro rol volsu kirn.
La forme Grupaý n'est absolument pas possible car, en Kotava, les radicaux verbaux se terminent toujours par la lettre a, e, i ou u. Un radical verbal ne peut jamais se terminer par un y car, en Kotava, l'y a fonction de consonne et non de voyelle.

« Remrusiko » ravlem tickir rietanya.
Le mot remrusiko est une bonne idée.

« Kukik » ravlem ape fudjer.
Le mot kukik convient vraisemblablement.
kuk (guichet) → kukaf (relatif à un guichet) → kukik (personne relative à un guichet)

Do Luce en dotrakú.
"Remrusiko" danteks co tir rapalackaf, milinde co roguzekat :

- remrusiko = balkaf foalk ta remrura
- remrusiki = nubedafa sema (inde koe savsaf elpat rowit)

Wori, koe ravlemak ixam trasit :
- remrusiko = perceuse
- remrusiki = chignolle, drille

Me trakú da bata abdifa sugdala va kota divatcesa rieta ik lomantafa vonera co rotumewadad. Voxen va tuelimasa rotira rotolegason wan dadit :
- lipiremrusiko = foalk ta remrura va lipi (composteuse)
- lipiremrusiki = nubedafa sema ta lipi

Je suis à 100% d'accord avec Luce.
Un dérivé remrusiko serait tout à fait conforme, tout comme on pourrait imaginer :
- remrusiko = composteur, machine automatique à composter
- remrusiki = trouilloteuse, instrument manuel pour composter (comme on le voit dans les anciens films)

Cependant, dans le dictionnaire on trouve déjà :
- remrusiko = perceuse
- remrusiki = chignolle,drille

Je ne pense pas que ces sens antérieurs peuvent invalider toute idée extensive ou développement plus large. Mais on a aussi toujours la possibilité de préciser si besoin :
- lipiremrusiko = machine à trous pour billet --> composteuse
- lipiremrusiki = instrument à main pour trouer les billets

Re: Racines et vocabulaire ferroviaire

MessagePosté: Dim 02 Avr 2017, 3:21 pm
par TimStasis
webmistusik a écrit:Je ne pense pas que ces sens antérieurs peuvent invalider toute idée extensive ou développement plus large. Mais on a aussi toujours la possibilité de préciser si besoin :
- lipiremrusiko = machine à trous pour billet --> composteuse
- lipiremrusiki = instrument à main pour trouer les billets


C'est sans doute la solution la plus simple (et la meilleure) :ulis:
Mais pouvez-vous m'éclairer sur la procédure pour que ces nouveaux termes entre dans le dictionnaire ?

Greway az kiava, Tom

Re: Racines et vocabulaire ferroviaire

MessagePosté: Mar 04 Avr 2017, 10:56 am
par webmistusik
Larde bat ravlem me tid "ageltafa" warzaca, trabe co reduna vey warzafa zaeya ik tanuskaf ravlem, vols "ponaracka" roguzekana gan kottan, mantode to yazgara darpeon tugariatar.
Kake winugaf ravlemeem sotuenan gan avaneda, ta kayestara va mana rieta iku yazgara, Kotapedia ravlemafa xadola krulder. Va "remrusiko" bu
( http://www.kotava.org/kotapedia/doku.php?id=remrusiko ), tulon rotuvaral, ko "Katcalaks" luzki.

Dans la mesure où ces mots ne sont pas de "vrais" néologismes, c'est à dire créés sur de nouveaux radicaux ou des mots originaux, mais qu'il s'agit de "simples compositions", que chacun peut imaginer, alors c'est l'usage (ou non) qui les validera au fil du temps.
À côté du dictionnaire officiel, validé par le comité linguistique, il existe l'encyclopédie lexicale Kotapedia qui est justement là pour recueillir ce genre d'idées et d'usages. Tu peux par exemple compléter la page "remrusiko" ( http://www.kotava.org/kotapedia/doku.php?id=remrusiko ), notamment la zone "Katcalaks".

Re: Racines et vocabulaire ferroviaire

MessagePosté: Jeu 06 Avr 2017, 11:42 pm
par TimStasis
webmistusik a écrit:Larde bat ravlem me tid "ageltafa" warzaca, trabe co reduna vey warzafa zaeya ik tanuskaf ravlem, vols "ponaracka" roguzekana gan kottan, mantode to yazgara darpeon tugariatar.
Kake winugaf ravlemeem sotuenan gan avaneda, ta kayestara va mana rieta iku yazgara, Kotapedia ravlemafa xadola krulder. Va "remrusiko" bu
( http://www.kotava.org/kotapedia/doku.php?id=remrusiko ), tulon rotuvaral, ko "Katcalaks" luzki.


Euh... je ne n'arrive pas à modifier la page :| Sans doute parce que je suis un peu un boulet :roll:
En tout cas merci pour l'explication (bien que j'était tellement content à l'idée de voir tous ces termes rejoindre le dictionnaire :( mais bon.)
Par ailleurs, quand tu dis "que l'usage (ou non) qui les validera au fil du temps", cela signifie qu'il y a une chance de bientôt les voir comme répertoriés ?

En passant, j'ai remarqué que les termes "télécommunications" (certains penseront que cela peut être hors sujet, mais c'est quand même vachement important :D ), "emploi du temps" (des cheminots, celui des trains se disant "horaire(s)") et "trafic (flux des trains)" pouvait manquer de traduction ou de précision !

J'ai alors tenté de m'en occuper avec des "compositions" (bien que tout le monde puisse les faire :mona: ) et voici sumegolera, ugalyazga (là, pas sûr de ce j'entreprend) et lizirust (là je suis quasiment que ça ne veut rien dire, et pourtant !).

Enfin, je vous écrit ça en peu de temps (le peu de temps libre que j'ai :x ah ça !) et pour une fois je ne suis vraiment pas sûr de ce que je vous présente.
Quant aux néologismes ou radicaux, comment en faire de nouveaux ?

C'est à vous ! Kiavasiel, Tom :kiavas:

MessagePosté: Ven 07 Avr 2017, 2:24 am
par Luce
Icde « sumegolera » drageks dotrakú, neke ika « ugalyazga » is « lizirust » co kalí : « ugalektura » is « lizirarust ». Luxe rinyone bibe, me rodulzé kir bagalenjaf.
Pour « sumegolera », je suis d'accord. Cependant, à la place de « ugalyazga » et « lizirust », je dirais : « ugalektura » et « lizirarust ». Quant à tes questions, je ne peux pas répondre car je manque d'expérience.

Re: Racines et vocabulaire ferroviaire

MessagePosté: Ven 07 Avr 2017, 2:36 pm
par webmistusik
TimStasis a écrit:Euh... je ne n'arrive pas à modifier la page :| Sans doute parce que je suis un peu un boulet :roll:

Va pata mu rin den Kotapedia su redú aze va P-S- staksa dem vansasa beksa su staksé. Va weberanya !
Je t'ai créé un compte sur Kotapedia et je t'ai envoyé un MP avec les codes d'accès. Bonnes contributions ! :vusikogoles:

TimStasis a écrit:Par ailleurs, quand tu dis "que l'usage (ou non) qui les validera au fil du temps", cela signifie qu'il y a une chance de bientôt les voir comme répertoriés ?

Bro kota blisa ava, yon ravlem awid aze anamstegewed... oke me. Batcoba loleon tir nope sanegafa kiewatca, figackafa gu abdiwira. Soe me tatcecker da sin zo rokoverted.
Comme pour toute langue vivante, des mots apparaissent et s'imposent... ou pas. Cela dépend plus ou moins de leur succès public, c'est toujours difficile à prévoir. Toutefois, cela n'empêche pas forcément de les répertorier.

TimStasis a écrit:En passant, j'ai remarqué que les termes "télécommunications" (certains penseront que cela peut être hors sujet, mais c'est quand même vachement important :D ), "emploi du temps" (des cheminots, celui des trains se disant "horaire(s)") et "trafic (flux des trains)" pouvait manquer de traduction ou de précision !

Icde "horaire", "bartivo" ravlem ixam krulder.
Icde "trafic", va gundaca do kruldes trogarn icde tota rotir rotexonet :
- tota --> totá
(naviguer)
- impadimak --> impadimaká (circuler par le train) --> impadimakara (trafic ferroviaire).
Pilkafa rieta.

Pour "horaire", il existe déjà le mot bartivo.
Pour "trafic", on peut peut-être faire une analogie avec ce qui existe pour les bateaux :
- tota = bateau --> totá = naviguer
- impadimak = train --> impadimaká = circuler par le train --> impadimakara = trafic ferroviaire.
Idée personnelle.

Re: Racines et vocabulaire ferroviaire

MessagePosté: Mar 11 Avr 2017, 8:05 am
par L'enthousiaste
Ede, ta "composter" gray (sugdalon gu lipi) vey remrú gray oku semá, va aptaf danteks gonarat, pune va ban abdualbá.
Keskeon, remrú gray mal rú gray rietovon zo danter ise va rieta vas po dadir, solve sema tir dalaf ravlem vas kota xeka sosemasa.


S'il faut choisir un dérivé particulier pour composter (au sens exprimé pour les billets), entre les verbes remrú et semá, moi je préfère le second.
En effet, remrú est "théoriquement" dérivé de rú et contient une idée de force, tandis que sema est le mot-base pour tous les outils faisant des trous.

MessagePosté: Mar 11 Avr 2017, 1:16 pm
par Luce
Va rin dotrakú. Remrura ravlem va rietaks va rura ke blixaf ug vey tcidara donarir.
Je suis d'accord avec toi. Remrura contient une idée de subsistance de la matière organique par le recyclage.

MessagePosté: Sam 15 Avr 2017, 7:06 pm
par Luce
Xups ! Va « remrú » gray iku « tubuwá » dojeyé !
:oops: :P
Oups ! je confondis les verbes remrú et tubuwá !